Le cloud, grand gagnant du Covid-19

Au deuxième trimestre 2020, les dépenses en matière de cloud progressent de 3,5 milliards de dollars comparé à la période précédente. Du jamais vu.

La tendance se confirme. Le coronavirus a un impact positif sur le cloud. Au deuxième trimestre 2020, le marché de l'informatique dans les nuages se hisse à 34,6 milliards de dollars, en hausse de 31,4% sur un an. Comparé aux trois premiers mois de l'année, on relève une progression de 11%, représentant un surcroît de dépenses de 3,5 milliards de dollars. Un record d'après l'américain Canalys Research qui publie ces chiffres. Travail à distance, e-learning, e-commerce, streaming vidéo... Le cloud a tourné à plein régime pour maintenir ce qui restait de l'économie sur les rails. Le ralentissement des grands projets de migration vers le cloud consécutif au confinement et aux perspectives économiques dégradées n'aura donc pas empêché cette lame de fond.

Amazon Web Services (AWS) demeure largement en tête du marché sur la période. Mais sa part de marché se tasse. De 32% au premier trimestre 2020, elle baisse à 31% au deuxième trimestre. Toujours selon Canalys, la part de marché du cloud Azure de Microsoft passe dans le même temps de 17% à 20%.

Dans sa dernière note trimestrielle sur le marché du cloud d'infrastructure, Synergy Research affiche de son côté une part de marché légèrement supérieure pour Amazon (33%) et, à l'inverse, inférieure pour Microsoft (18%). Quant à celui de Google Cloud, il l'estime à 9%, contre 6% côté Canalys. 

"Le cloud va également prouver son efficacité dans la phase de retour progressif de l'économie à la normale. Dans un contexte épidémique qui perdure, il permet de déployer rapidement de nouveaux systèmes de réservation et de commandes à distance, et de développer des services sans contact. Il peut aussi être utilisé pour sécuriser les espaces de travail en fédérant les données d'occupation et de fréquentation", analyse Matthew Ball, chief analyst de Canalys Research.

Pour le reste, la migration des workloads existants vers le cloud ne cessera pas "mais la sécurité, les outils de migration et de développement, le support multi et hybride-IT, tout comme la recherche de coûts plus prédictibles, sont désormais prioritaires à l'heure où les organisations cherchent à maximiser la vitesse de déploiement, à minimiser les perturbations et à respecter des budgets IT plus restreints", estime Blake Murray, analyste chez Canalys.

Face à ces nouvelles contraintes, la concurrence entre les leaders du marché devrait en toute logique monter encore en puissance. "La compétition en provenance de providers tiers va aussi s'intensifier", anticipe Blake Murray. Au final, les clients devraient être beaucoup plus sensibles aux points de différentiation de chaque fournisseur et évidemment aux prix.

Sourced through Scoop.it from: www.journaldunet.com